Définition
  En pratique
  Une situation palliative
 
 
  Le réseau ARESPA
  Les Unités de Soins Palliatifs
  Les Equipes Mobiles
de Soins Palliatifs
  Les Bénévoles
d'accompagnement
  Les Lits Identifiés
de Soins Palliatifs
 
 
 
 
 
  Recommandations cliniques
  Recommandations sociales
  Utilisation des morphiniques
 
 
 


 

Ce sont des soins « actifs » dont l'objectif est de soulager les douleurs physiques et les autres symptômes mais aussi de soulager la souffrance psychologique, sociale, familiale...
Les Soins Palliatifs s'adressent autant à la personne malade qu'à sa famille, ses proches.

Ils sont complémentaires des soins spécifiques* dans le cadre de maladie grave, évolutive, non guérissable.

Qu'appelle-t-on "phase palliative" d'une maladie ?

Il s'agit du moment où la maladie va continuer à progresser, quelques fois lentement, quelques fois rapidement, malgré tous les traitements adaptés ; c'est donc une phase où il sera aussi important d'améliorer la qualité de vie que de prolonger la vie.

* soins dont le but est de traiter la cause de la maladie


Vous voulez en savoir plus ? : www.sfap.org


QUELS SONT LES PRINCIPES QUI SOUS-TENDENT CETTE PRATIQUE PALLIATIVE ?

Le premier principe est de considérer le malade comme un être vivant jusqu'à son décès et la mort comme un processus naturel.
Les Soins Palliatifs cherchent à éviter les investigations et les traitements déraisonnables (ou appelés aussi « acharnement thérapeutique »).
Ils se refusent à provoquer intentionnellement la mort (euthanasie).
Ils s'efforcent de préserver la meilleure qualité de vie possible jusqu'au décès et d'améliorer la qualité des soins.



Les Soins Palliatifs cherchent à améliorer :

l'accès aux informations par la personne malade et leur compréhension,
le respect de ses souhaits ainsi que de ceux de son entourage,
la démarche d'écoute et de disponibilité permettant un bon accompagnement.

Ils considérent important :


la parole du malade et l'expression de ses vécus,
l'approche globale, comprenant les aspects physiques, relationnels, les conséquences de la maladie, les bouleversements familiaux, les besoins sociaux...

Certains de ces principes ont donné lieu à des lois : la loi du 04 mars 2002 qui revient sur les droits fondamentaux du malade, la loi du 22 avril 2005 ou loi relative aux droits des malades et à la fin de vie.

QUELS SONT LES DROITS DE LA PERSONNE MALADE ?

Une personne malade est déjà fragilisée par la maladie et toutes ses conséquences… ainsi il est important que certains droits soient connus.
En Soins Palliatifs, nous cherchons à faire valoir ces droits comme par exemple :

La douleur n'est pas inéluctable et chacun a le droit de recevoir des soins visant à la soulager : pouvoir exprimer la douleur qu'on ressent est le premier pas pour qu'elle soit prise en compte et traitée.

Les actes d’investigation (examens) et de soins ne doivent pas faire courir de risques disproportionnés par rapport au bénéfice escompté; autrement dit, il est interdit de pratiquer ce qu'on appelle souvent "l'acharnement thérapeutique" (ou en termes officiels : l'obstination thérapeutique déraisonnable). En outre une personne malade ou en fin de vie peut refuser les traitements qu'elle juge inutile à ses yeux, après avoir discuté avec ses soignants et pris conscience tant de son état de santé que des conséquences de son choix, Ceci dit, refuser certains traitements ne signifie pas refuser de recevoir d'autres soins comme la prise en charge de la douleur, les Soins Palliatifs, les soins dits de confort, un accompagnement...

 

 

Site réalisé par Amenothès Conception